Atteindre l'équilibre à travers l'Art

«Notre siècle est le siècle de l'art», écrit Thomas Hoving, le rédacteur en chef de Connoisseur et ancien directeur du Metropolitan Museum of Art.«La civilisation assimile l'art avec l'éternité." Le sens de la phrase, pas vraiment une nouveauté, a été décrié par les État-Unis et a provoqué l’étonnement de différentes communautés à travers le monde. Durant la période de la Grèce antique, la civilisation elle même était considérée comme  art de l'immortalité. Les répercussions pour la civilisation émanent  de brillantes réalisations artistiques, tant dans le domaine de la littérature, art, musique, théâtre, etc.


Notre civilisation en mouvement est la plus importante de l'histoire des civilisations. Une période de l'innovation technologique qui ne cesse d'augmenter de façon remarquable. Notre communauté est immergé dans le flot d'informations et  a soif de connaissances ; les opportunités économiques sont abondantes et les politiques hallucinantes. Réformer peut signifier l’inattendu. Une immense avancée de la culture, inconcevable auparavant émerge de la volonté de tous et tout à coup. L’accélération,  à tous les niveaux  de vie entrainera une course plus intense. Provoquer le changement, élargir les émotions...La conscience augmente et nous avons la volonté de regarder derrière nous, et en nous,. Mais nos valeurs d’humanité sont-elles fallacieuses ?
Au milieu de toutes ces innovations qui, inévitablement, causent des problèmes, l’être humain doit gérer les paradoxes d’un positionnement intellectuel de plus en plus compliqué. Le temps libre est souvent utilisé pour explorer le sens de la vie et atteindre un certain équilibre.

Toute confusion doit être neutralisée. Les frustrations ont besoin d'être apaisées, les blessures spirituelles doivent être soignées. La philosophie et l'art sont des réponses. Efface la philosophie de la turpitude de ton esprit. L’Art harmonise les sentiments chaotiques. Et enfin, les deux qui sont souvent séparés comme une âme et un corps, se manifesteront telle l’unité divine.

Dans la dernière décennie, une importante nouvelle vague a mis la culture au premier plan. De New York, Pékin, Francfort, Singapour à Brisbane, les Musées d'art commencent à émeger. De magnifiques édifices, appartenant au gouvernements et aux privés, sont installés, partout dans le monde,  pour sauver, maintenir, et afficher les œuvres d'art. De nombreux visiteurs apprécient et montrent leur solidarité en achetant des billets pour ces expositions. Des ventes aux enchères comme Christie's et Sotheby's voient la valeur de leurs transactions grimper chaque jour. On produit de plus en plus  de grands ouvrages littéraires et la société est de plus en plus motivée  pour les acheter. De nouveaux auteurs sont prêts nous proposer leurs chefs-d'œuvre.
L’Académie suédoise et le conseil des juges sur de nombreuses récompenses, comme le Prix Nobel, Pulitzer et Booker Prize, ont plus de difficulté à déterminer qui devrait être choisi : concerts de musique, grands jeux, films de haute qualité L’enjeu est colossal pour attirer davantage d'investisseurs et plus de fonds pour leurs productions. L’opinion des commerçants est obsolète, l'OMS a déclaré que le poids d'un travail d'art n'est plus applicable. Maintenant, la communauté mondiale a besoin plus que d’un simple divertissement facile, un divertissement intellectuel qui est capable de donner l'éveil à l'âme. Ces canettes vues sur les travaux de la pop, montrent les efforts à limiter ce contenu à des idées révolutionnaires ; le strict respect de l'esthétique effectuée peut être  approfondie dans la contemplation. Les romans de JK Rowling (Harry Potter ), le Da Vinci Code de Dan Brown, le film Get Married de Hanung Bramantyo, les peintures de Wara Anindyah en sont  des exemples marquants. Apparemment, plus le niveau intellectuel de la société augmente, plus grande est la qualité exigée pour une œuvre d'art.


Qu’est-ce qui est en place dans notre propre pays aujourd'hui pour la Culture ? Le ministre du Tourisme, Jero Wacik, s’était plaint à plusieurs reprises des petits budgets proposés par le gouvernement pour l'art. Le centre de documentation pour la littérature  HB Jassin risque la vetusté à cause d'un manque de fonds pour son entretien. Si le financement de l'entretien est difficile, les fonds de développement servent à quoi ? Combien de musées dans différentes villes ont été transformés en une sorte de maison hantée ou en trou à rats ? De nombreux éditeurs de livres idéalistes et de qualité sont jetés aux oubliettes ? A qui profite Cette nation!
Je n’ai jamais entendu le gouvernement, de grandes entreprises, ou des entrepreneurs qui veuillent  et qui réussissent  à faire don de terres ou de maison à un artiste !

Pour sa vie, pour être plus à l'aise, plus créatif et plus apte à apporter sa contribution de manière significative à la patrie et la nation? Des cadeaux sont déjà souvent fait aux athlètes et aux politiciens, car ils sont considérés comme les guerriers de la nation!

En ce qui concerne les autres guerriers des nations, comme les romanciers, poètes, peintres, marionnettistes, acteurs, danseurs et compositeurs, pourquoi ne peuvent-ils faire de même? La tradition veut que les artistes peuvent à peine survivre et n’ont pas d’aide. Quand ils ont vraiment accompli quelque chose, ils peuvent alors réclamer de l’aide aux organismes gouvernementaux.

A l’occasion de l’exposition "Trans-Figurations, Mythologies Indonésiennes", l’Espace culturel Louis Vuitton a permis, via une plateforme numérique a permis de relier de jeunes indonésiens et de jeunes  français,  régulièrement et dans divers endroits, ces deux dernières années. On constate que peu de collectionneurs ont visité  la dite exposition.  Même aujourd’hui, au Musée national Jogja, une exposition qui cherche à récolter des fonds pour les victimes Merapi, et où près de 500 oeuvres d’art sont exposées ! Seule une oeuvre a été vendue à un  allemand. Quelle tristesse, une seule œuvre d'art vendue pour financer l'aide aux victimes Merapi! Une œuvre d'art ! Malgré le fait qu'il y ait des centaines de collectionneurs dans la région autour de Yogyakarta et Merapi. On dit que les riches collectionneurs sont encore réticents à acheter localement. Les peintures ne sont pas un investissement rentable. Hélas, dans un pays lointain, Thomas Hoving a dit : «La tendance est de mesurer  la qualité du travail d'un peintre, tout simplement par le nombre de dollars qu’il rapporte, c'est écoeurant !»

La lecture de la poésie ne peut se faire sans l'enthousiasme du cœur. Les peintures ne peuvent pas être interprétes avec un simple coup d'œil. La beauté de la musique ne peut nous atteindre pendant notre sommeil. Assister à un spectacle de comédie avec une rage de dents est impensable. Oui, les œuvres d'art ne sont pas seulement des matériaux terrestres. Ce sont des  forces invisibles qui continuent à vibrer et qui possède leur propre résonance. Grâce à elles, l’harmonie, la beauté d'une âme, l'énergie de l'univers et la nature divine, sont des moments figés pour l'éternité. En ces temps chaotiques, l'art nous garantit un certain équilibre. Une grande nation est une nation qui valorise les arts. Le pouvoir de l'art sera toujours de reéquilibrer grande nation.

- Seruni Bodjawati
**Merci beaucoup pour Nelly Kerfanto.